ARMAND SAMMELIAN Rubrique

Anzac spirit


Cela fait un siècle que chaque 25 avril , turcs , australiens et néo-zélandais commémorent ensemble , main dans la main , au nom d’une histoire commune , « l’ANZAC DAY » , et un siècle qu’une chape de plomb obère l’appel à l’extermination des arméniens lancé le 24 avril 1915 par les tortionnaires Jeune-Turcs .
Pourtant la coincidence calendaire de ces deux évènements , la campagne calamiteuse de Gallipoli d’une part et l’appel à l’extermination des chrétiens d’ Asie Mineure d’autre part , aurait du susciter un minimum d’interêt sinon d’empathie de la part de la « Grande Australie » envers un peuple agonisant !
« l’ANZAC DAY » , cet échec cuisant du débarquement du 25 avril 1915 par les anglo-français et le corps expéditionnaire des pays du Pacifique sur la presqu’ile de GALLIPOLI , de fait le plus grand succès ottoman de la 1e guerre mondiale , constitue la plus importante célébration nationale du continent australien où toutes les villes , de la plus petite à la plus grande , commémorent ce jour -là , force brins de romarin au revers du veston et dépots de gerbes de coquelicots au pied des stèles , le sacrifice de leurs héros morts pour que vivent leurs nations .
Malgré cette lourde défaite , c’est le courage de ces soldats qui ont forgé, au prix du sang versé , le récit national sur lequel ces pays lointains ont vu le jour , qui est fêté dans la fierté et la dignité de leurs descendants .
Et chaque année , c’est à l’abnégation de ses soldats de l’AN II , ces troupes coloniales hissés au rang des unités les plus aguerris par leur courage , que le Pacifique rend hommage dans le recueillement et le souvenir de leur exemple , fondateur d’une conscience nationale .
C’est que Gallipoli a permis à l’Australie et à la Nouvelle Zélande , émancipées 15 ans plus tôt par le Royaume-Uni , d’entrer à part entière dans le concert des grandes nations souveraines suite au sacrifice de leurs soldats , morts vaillament au combat pour la défense des valeurs démocratiques occidentales , au nom de « l’ANZAC SPIRIT » à savoir le don de soi , l’esprit de corps , l’idéal national , la liberté chérie .....
En effet ,
Il y a un siècle , le 18 mars 1915 , 2 mois après que les russes aient anéanti , à l’Est , la 3e armée ottomane à Sarikamish dans le Caucase en janvier 1915 , les troupes franco-britanniques échouaient une première fois à s’emparer de la péninsule de Gallipoli , à l’Ouest , et libérer le détroit des Dardanelles , un goulet de 60 km permettant l’accès vers Constantinople et la Mer Noire .
Reporté au 23 avril puis finalement au 25 avril pour cause de gros temps , un nouveau débarquement massif au cap « HELLES » des troupes dites de l’ANZAC pour « Australian and New-Zealand Army Corps » , va se heurter à des batteries ottomanes meurtrières sous le commandement du général en chef allemand LIMAN VON SANDERS secondé par un certain lieutenant-colonel Mustafa KEMAL .
Dix mille d’entre eux , venus de tout le Pacifique -Sud , y compris des iles Tonga , Samoa , Cook et Niue , vont laisser leurs vies sous un déluge de feu , sur les 6 plages de « Kanakkale » et leurs contreforts étroits et escarpés plongeant raides sur la mer .
Une dernière tentative désastreuse le 6 aout 1915 , au nord de la péninsule , dans la baie de « SUVLA » , donnera le signal du retrait progressif des forces franco-anglaises à partir d’octobre , vers Salonique et l’Egypte , les derniers soldats quittant les Dardanelles dans la nuit du 8 au 9 janvier 1916 .
Au total , ces opérations militaires destinées à prendre en tenailles l’Empire Ottoman , considéré comme le maillon faible des trois empires centraux en guerre contre les pays de l’Entente , Russie , Angleterre et France , se solderont par la perte de 180 000 soldats alliés dont 30 000 français .
Depuis lors , la péninsule de Gallipoli demeure une terre de recueillement en l’honneur de tous les « ANZAC » morts au combat et qui reposent dans les 31 cimetières administrés par la « Commonwealth War Graves Commission » dont 6 au cap « HELLES » , 4 dans la baie de « SUVLA » et 21 dans la baie « d’ANZAC » comme autant de sanctuaires posés sur la mer où soufflent éternellement leur esprit .
Avec une habileté politique consommée , instrumentalisant des fraternités d’armes nées sous la mitraille et condamnées à ne trop voir et ne trop dire , Kemal Atatürk , en grand chansonnier , a su scénariser , en 1934 , les mots que l’Australie voulait entendre :
« ces héros qui ont répandu leur sang et perdu la vie gisent à présent dans un pays ami ( la Turquie ) . Ils reposent donc en paix . Il n’y a aucune différence entre les JOHNNY et les MEHMET là où ils sont allongés côte à côte , ici dans ce pays qui est le nôtre . ... Après avoir perdu leur vie sur cette terre , ils sont aussi devenu nos fils » .
Sauf qu’un péché originel entâche ces lieux sacrés de la mémoire qui marquent l’acte de naissance de la nation australienne car , pendant ce même temps , entre les mois d’avril 1915 et janvier 1916 , pendant que sa jeunesse offrait sa vie au monde libre , c’est un million de civils arméniens qui seront décimés par les turcs sans que jamais aucun intellectuel , historien ou gouvernant australien n’ évoque , ne dénonce ou ne s’interroge sur la simultanéïté de ces deux épisodes de la Grande Guerre , sur leurs causes , leurs liens éventuels et leurs conséquences .
Car disons le clairement : c’est bien dans le risque de la disparition totale d’un Empire Ottoman démembré , pris en tenailles à la fois sur ses fronts Est caucasien et Ouest égéen en ce début 1915 , qu’a germé la décision irrévocable d’éradication du peuple arménien dans sa totalité , femmes et enfants compris ................
C’est ainsi qu’aux termes mêmes d’une confidence faite par TALAAT Pacha à l’ambassadeur allemand Wangenheim et rapportée à l’ambassadeur américain Morgenthau , il est certain que la campagne de Gallipoli a précipité l’ordre d’extermination de la nation arménienne par le triumvirat Jeune-Turc pan-islamiste et pan-turc au pouvoir en 1915 !
Ces oublis australiens fâcheux ne relèvent pas seulement d’une indifférence , d’un abrutissement volontaire , d’une méconnaissance ou d’un mépris condamnables envers le peuple arménien mais d’abord d’un calcul destiné sciemment à épargner la Turquie !
Au plus , la tuerie de CHRISTCHURCH devrait mettre un terme aux éléments de langage de fraternité , de destin et de grandeur croisés des peuples turcs et australiens habilement concoctés depuis un siècle pour s’assurer de l’alignement australien sur le déni turc .
Car le masque est tombé et la parenthèse enchantée transformée en convulsions révélatrices accablantes qui ne manqueront pas de laisser des traces dans le logiciel négationniste turc construit patiemment par petites touches au fil des années et des affaires !
Le 15 mars 2019 , en effet , un extrémiste australien de 28 ans Brenton TARRANT commet un attentat contre 2 mosquées de CHRISTCHURCH en Nouvelle -Zélande , « Al-Nour » et « Linwood », faisant 51 morts et 49 blessés musulmans « au nom de la lutte de l’Occident chrétien contre le grand remplacement opéré par les terroristes islamistes » ( sic ) .
Le carnage filmé en temps réel par son auteur sera diffusé par le frère musulman ERDOGAN dans le cadre de la campagne des municipales turques où ce dernier allèguera que « cette attaque contre l’Islam et la Turquie n’était pas un acte isolé mais quelque chose d’organisé » et que « les australiens hostiles à l’Islam subiraient le même sort que ceux tués par les forces ottomanes lors de la bataille de Gallipoli pendant la 1e guerre mondiale » , les appelant enfin à « rétablir la peine de mort contre son auteur faute de quoi la Turquie ferait payer la Nouvelle-Zélande si elle ne le punit pas » .
Et Erdogan le prédicateur de conclure son harangue en signant la véritable identité turque , ultra - nationaliste , raciste , anti-occidentale et anti-chrétienne : « il y a un siècle , vos aïeux sont repartis à pieds ou dans des cercueils . Si votre intention est la même que la leur , nous vous attendons », propos provocant l’ire des premiers ministres néo-zélandais et australien , ce dernier , Scott MORRISON , avouant à cette occasion avoir cédé au chantage turc de fermer sa frontière aux ANZAC le 25 avril 2019 s’il ne revenait pas sur sa reconnaissance du génocide arménien alors qu’ il était député .......
Ces menaces de pire politique nous renvoient aux limites d’un cynisme turc qui prenait en otage l’Australie depuis un siècle au motif du mythe perfide de « JOHNNY MEHMET », une fiction balayée enfin par le vent d’une cuisine politique de basse besogne .
Exit KEMAL !
Au demeurant , personne ne doute que « l’ANZAC SPIRIT » des soldats de l’AN II , celui qui a présidé à la naissance des nations d’Océanie-Pacifique par leurs faits d’armes , c’était aussi la primauté de la manifestation de la Vérité comme idéal de ces héros , ne serait ce parce qu’ un Etat de Droit sans mémoire est un Etat sans avenir .
Et qu’en leur nom glorieux et la dette qui leur est dû , il est venu le temps de la clamer haut et fort pour que justice soit rendue aux arméniens !
Autant pour le sort dévolu aux Arméniens que celui des Aborigènes !

ARMAND SAMMELIAN
le 21 juin 2019

par Ara Toranian le dimanche 23 juin 2019
© armenews.com 2019